Partagez | 
Dim 2 Mar - 22:17
Me feriez-vous l'honneur de m'accorder ne serait-ce qu'un regard ? [pv:iroko]
avatar
sportifs ↔ un kilomètre à pied, ça use, ça uuuse


Bitch, i'm fabulous.
Orientation sexuelle: Hétéro
Particularités:
Relationships:
sportifs ↔ un kilomètre à pied, ça use, ça uuuse
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 102
Date d'inscription : 19/10/2013
Age : 21


J'aurais bien mit du rose mais ça me déchirait les yeux je reverrais la couleur plus tard
Pour les problèmes de cohérence je regle ca dans la soiree etant donne que je viens tout juste de deplacer le sujet.




Habituellement il haïssait cette journée comme si elle symbolisait la fin du monde en elle-même. Il prenait soin chaque années à ne pas être en couple à ce moment-là car franchement chercher un cadeau qui ferait réellement plaisir à la personne concernée était quelque chose qu'il ne pouvait faire. Non pas qu'il manquait de goût, mais il n'était simplement pas doué pour ça. Mais cette fois-ci il se sentit quelque peu con d'être un des seuls jeunes à encore résister aux yeux d'une belle jeune fille ou simplement à cette merveilleuse habitude sociale diront d'autres. Enfin bon il était un peu tard pour se déclarer à quelqu'un surtout qu'il ne tenait pas à faire cela à la va vite.

Il sortit donc de son lit en pensant qu'il ne ferait que passer une journée comme les autres en faisant de son mieux pour ne pas vomir à chaque couple s'échangeant leurs salive en plein milieux de la rue. La lettre qu'il trouva sur son pallier en passant sa porte avec pour seul vêtement son caleçon le fit s'arrêter net. La rose qui l'accompagnait acheva de le faire paniquer et sans même avoir jeté un oeil aux alentours il les saisis et plongea littéralement à l'abri dans sa chambre. Pas moyen qu'on lui ai laisser une lettre romantique à lui, il n'avait rencontré que peu de personnes depuis son arrivée malgré le fait qu'il venait a pratiquement tous les cours.

C'est en proie à la panique la plus totale qu'il ouvrit finalement la lettre pour s'assurer que personne n'en voulait à son célibat. Et cela le déçu, non pas qu'il voulait que quelqu'un s'intéresse à lui, mais la perspective de devoir inviter lui-même une demoiselle à danser devant tout l'internat le désolait. Une dizaine de bestioles plus ou moins dégoutantes apparurent un peu partout dans la pièce et répétèrent à l'unisson :

- " T'es dans la merde! T'es dans la merde ! ... "

- " Ouais je sais merci... "

Bon, pas moyen de se dérober il devrait se procurer des affaires potables et obliger une malheureuse jeune fille à participer à la soirée avec lui. Rien d'impossible, mais avec un peu de chance s'il se prenait une bonne pelleté de râteau (Best joke of the dead over 9000%) il pourrait sans doute échapper à la corvée qu'on lui imposait.

Il se laissa tomber au sol et contracta ses bras encore et encore jusqu'à ce qu'il ne puisse effectuer une seule pompe de plus et qu'il s'écrase face contre terre. D'un bond souple il se remit sur ses jambes et claqua ses joues histoire d'achever de se réveiller. Il attrapa des affaires qui traînaient sur son bureau et se rhabilla en vitesse tout en avalant une barre de céréales qu'il venait de sortir d'un de ses sacs.

Bien qu'il se sentait mal d'être motivé pour se prendre des vents monstrueux il sortit de sa chambre d'un pas léger et partie à la recherche des jeunes filles qu'il avait pu rencontrer depuis le début de l'année. Curieusement quand il aperçue la fille qu'il avait manqué d'écraser quelques jours plus tôt il ne pensa plus à se faire rejete,r mais plutôt à une façon de ne pas avoir l'air idiot au moment où il bégayerait dans un grand moment de solitude.

- " Tu rougis ! Tu rougis ! "

- " Sérieusement tu ne veux pas me faciliter la tache pour une fois et te contenter de te taire parce que tu n'existe même pas ! "

Il fit donc comme si de rien n'était, passant sa main dans ses cheveux en tentant de leurs donner une forme acceptable avant d'arriver jusqu'à la jeune fille. Contrairement à ce qu'il pensait cela n'était pas aussi facile que les autres fois bien qu'il ne comprenait pas vraiment pourquoi.

<< Je devrais peut-être retourner me coucher en fait... >>

Il arriva donc devant la demoiselle en prenant soin de ne pas s'emmêller dans ses pieds et d'à nouveau l'écraser sous son poids.

- " Salut Hiroko ! Euh je me demandais si tu avais quelque chose de prévu aujourd'hui ?  "

- " Boulet...Boulet... Boulet... "

<< Mais tu vas la fermer oui ? Tu vas voir si c'est qui le boulet ! >>

Il souffla un coup et sourit de la manière la plus naturelle possible. Le jeune homme s'approcha un peu plus et parla de la voix la plus douce qu'il arrivait à produire.

- " En fait je me demandais si je pouvais me permettre de t'inviter à partager cette journée avec moi, histoire de faire les magasins, manger un truc ou aller voir un film puis pourquoi pas aller au bal se soir ensemble si jamais tu ne me trouverais pas trop lourd avant ? "

Il n'était pas des plus doués pour se qu'il s'agissait de parler aux filles mais cette fois-ci il s'appliquait du mieux qu'il pouvait à ne pas bégayer.





Je blablate en #3366ff
et penses en #9933ff





Follow me !


Mar 4 Mar - 14:34
Re: Me feriez-vous l'honneur de m'accorder ne serait-ce qu'un regard ? [pv:iroko]
avatar
normal ◭ je plaaaaane


Bitch, i'm fabulous.
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
Particularités:
Relationships:
normal ◭ je plaaaaane
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 65
Date d'inscription : 16/11/2013
Age : 21
Localisation : In your f✮cking ass ;D


Hiroko se lève après que son réveil ait sonné. Elle s’avance vers son armoire et enfile un simple pull blanc avec un jeans bleu foncé ainsi que des bottines plates pour finir. Rien de bien spécial. Cette journée paraît être comme toutes les autres. Et cependant, c’est la Saint-Valentin, le 14 février. Hiroko compte sortir quand elle aperçoit une enveloppe de couleur rouge et or sur sa porte. Celle-ci commence à être anxieuse avant même d’en avoir découvert l’intérieur. Elle y voit ensuite une lettre blanche où y figurent les mots “bal” et “salle commune”. Elle laisse tomber au sol ce qu’elle tenait en ses mains.

Hiroko semble être un peu perdue. Elle reprend ses esprits laissant l’enveloppe et le mot à terre. Après tout, elle n’ira inviter personne et elle ne pense pas vraiment se faire inviter. Elle sort enfin de sa chambre comme si rien ne s’était passé, comme si aujourd’hui n’était qu’un vulgaire jour de semaine sans vraie signification.

Soudain, alors qu’elle cherche un objet dans son sac, elle entend une voix familière. Elle lève la tête et voit Nohita face à elle. Il semble être gêné, peut-être n’est-ce qu’une simple impression après tout. Elle le regarde en penchant la tête légèrement sur sa droite, était-il en train de rougir ou n’est-ce qu’un effet d’optique ? Elle laisse tout de même un espace entre eux, par précaution, on ne sait jamais si il viendrait à tomber … à nouveau. Sur cette pensée, la jeune fille esquisse un sourire.

- " Salut Hiroko ! Euh je me demandais si tu avais quelque chose de prévu aujourd'hui ?  "

Elle reste comme figée sur place. Que doit-elle dire ? Le repousser ou lui répondre en l’acceptant ? Après tout, ils se connaissaient en quelque sorte, ce n’est pas vraiment un inconnu. Elle reprend ses esprits lorsqu’il continue sa pensée.

- " En fait je me demandais si je pouvais me permettre de t'inviter à partager cette journée avec moi, histoire de faire les magasins, manger un truc ou aller voir un film puis pourquoi pas aller au bal ce soir ensemble si jamais tu ne me trouverais pas trop lourd avant ? "

Sans réfléchir un instant (de plus), elle lui répond en tentant de cacher son enthousiasme.

-Je serais ravie de venir avec toi au bal ! On pourrait faire les magasins, je n’ai rien de vraiment approprié à porter pour cette soirée.

Hiroko mord sa lèvre inférieure comme si elle avait fait une erreur. À vrai dire, ce comportement vis-à-vis d’un garçon ne lui ressemble pas tout à fait. Sans lui laisser la possibilité de placer un mot de plus juste après sa réponse, elle se retourne et avance.

-J’ai oublié quelque chose dans ma chambre, je reviens, attends-moi devant l’école.

Elle se met à courir dans les couloirs et les escaliers. Peu importe que ce soit interdit ou non, elle voulait se dépêcher. Mais sur sa route, elle tombe au sol. Elle n’a pas vu qu’une autre personne se tenait sur son chemin. Elle se relève et touche ses vêtements. Elle est couverte de limonade et ce, de la tête aux pieds (bien que ses cheveux aient été épargnés). En temps normal, elle l’aurait littéralement agressé mais là, pas de temps.

Elle reprend sa route et arrive à sa chambre. Elle se met à chercher sa clé mais rien à faire, elle ne se trouve nulle part. La porte est belle et bien fermée. Elle ne peut pas sortir dans cet état-là. Elle frappe à certaines portes sans réponse. Personne présent pour l’aider, la jeune fille doit trouver un moyen alternatif.

Elle cherche alors après une malle de déguisement ou d’habits pour les spectacles. Tout ce qui pourrait convenir pour sortir se trouve être … des habits de garçons. Elle se frappe le front avec la paume de sa main. Mais elle n’a pas vraiment le choix. Elle se change à l’abri de tous regards et cache ses vêtements sales. Elle ressort avec des habits légèrement plus grands qu’elle, un jeans large, un sweat-shirt gris, rien de bien joyeux. Elle prend une casquette où elle y met ses cheveux ramenés en queue-de-cheval afin qu’on n’aperçoit plus sa longue chevelure.

Elle se met en route pour rejoindre Nohita, elle est gênée et a peur de ce qu’il va penser en la voyant habillé comme un … garçon. Elle tente de cacher son visage avec la casquette Pokémon (oui, c’était la seule) qu’elle a trouvé. Et si il rigolait, qu’allait-elle faire ?

-Euh … Je suis enfin là. Disons que j’ai eu un petit souci. Par contre, tu rigoles, je te frappe !

Sous ses mots, elle tente principalement de cachée sa gêne. Elle devra donc porter ces “choses”, comme elle le dirait, jusqu’à ce qu’elle se prépare pour le bal. Elle détourne son visage afin qu’il ne voit pas son état.





Palevioletred gras/Indianred gras

Spoiler:
 


Dim 9 Mar - 21:55
Re: Me feriez-vous l'honneur de m'accorder ne serait-ce qu'un regard ? [pv:iroko]
avatar
sportifs ↔ un kilomètre à pied, ça use, ça uuuse


Bitch, i'm fabulous.
Orientation sexuelle: Hétéro
Particularités:
Relationships:
sportifs ↔ un kilomètre à pied, ça use, ça uuuse
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 102
Date d'inscription : 19/10/2013
Age : 21





Le garçon ne pu s'empêcher de rougir quand il entendit le mot " ravie " sortir de la bouche de la demoiselle. La connaissant quelque peu il se serait plus attendu à un non catégorique suivie d'une course effrénée loin de lui, mais elle n'en fit rien. Mais au lieu d'être surpris il ne pu s'empêcher d'être content de pouvoir partager ne serait-ce que l'après-midi avec l'étudiante.

Alors qu'il s'apprêtait à lui proposer quelque part où aller pour trouver des vêtements celle-ci disparu en un instant après quelques explications hâtives. Qu'avait-elle bien pu oublier de si important chez elle ? Avait-elle oublier la rose que le message décrivait comme très importante ? Nohita l'avait lui enveloppée dans un sachet plastique et fourrée dans sa veste pour ne pas la perdre. Ça aurait été bête de se faire réprimander pour ne pas avoir respecté une des principales règles fixées par l'organisateur pour le moins fou de cet évènement.

Il passa quelques minutes à attendre devant le portail du pensionnat et à ce chamailler tout seul avec ses hallucinations, désespérant deux professeurs qui achevèrent de croire qu'il était complètement fou. Le garçon envoya voler la créature du plat de la main quand il entendit des pas légers se diriger vers lui.

Un large sourire apparut sur son visage quand il aperçu celui de la jeune fille sous sous une casquette qu'il aurait reconnue entre mille. A quoi pensait-elle ? Il n'avait pas besoin de beaucoup la connaître pour savoir que se déguiser juste avant de sortir faire les magasins n'était pas son genre. Alors qu'il allait tout bonnement éclater de rire en voyant la gène que lui occasionnait ses vêtements masculins elle le stoppa et il du se retenir du mieux qu'il pu pour ne pas la vexer.

- " Euh ... Je suis enfin là. Disons que j'ai eu un petit souci. Par contre, tu rigoles, je te frappe ! "

Même si cela n'était pas des habits conventionnels cela lui donnait un petit air mignon craquant à souhait aux yeux du jeune homme. Etant plus grand qu'elle il se leva et se pencha au-dessus de la demoiselle., et de sa main droite il souleva doucement son menton pour que la casquette ne lui obstrue plus la vue.

- " Je vois mal comment je pourrais me moquer alors que tu es craquante à souhait dans ses habits. Je suis sûre que tu ferais un carnage habillée ainsi ce soir. "

Nohita s'écarta avec une sourire taquin. Non pas qu'il aimait la voir mal à l'aise, mais quand elle rougissait elle était tellement mignonne qu'il ne pouvait s'empêcher de la taquinner. Il tendit sa main à la demoiselle en lui faisant signe de le suivre.

- " Et bien connaîtrais-tu déjà un endroit où trouver des habits aussi intéressants que ceux-ci où dois-je te montrer quelques boutiques où j'ai eu le loisir de trainer pendant mon temps libre ? "






Je blablate en #3366ff
et penses en #9933ff





Follow me !


Re: Me feriez-vous l'honneur de m'accorder ne serait-ce qu'un regard ? [pv:iroko]

Contenu sponsorisé


Me feriez-vous l'honneur de m'accorder ne serait-ce qu'un regard ? [pv:iroko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Amy of Leeds : Reine de Coeur, à vous l'honneur !
» Que feriez-vous pour Noël ?
» [Rudy]« Close the damn door ! » [Mister William, me feriez vous l'honneur ?]
» Me feriez-vous l'honneur, jolie demoiselle ?
» Ce que vous feriez dans une apocalypse de zombies ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R I N K U Pensionnat :: La pension : bâtiment 2A :: Salle commune-