Partagez | 
Lun 4 Nov - 15:27
En manque de médoc ! À minuit en plus ! [ft. Alexander Costa]
avatar
geek ☠ dtc, j'regarde pas la manette


Bitch, i'm fabulous.
Orientation sexuelle: ♀♂
Particularités:
Relationships:
geek ☠ dtc, j'regarde pas la manette
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 24/10/2013


La nuit était tombée depuis longtemps déjà. J'avais décidément une de ses veines d'avoir Jaïna comme colocataire ! Toutes les deux passionnées par le même jeu vidéo, je pouvais faire mes streams tranquillement. Je ne la dérangeais pas, de toute manière elle jouait également de son côté ! Elle ne comprenait peut-être pas ce que je disais vu que je parlais en français mais elle s'amusait des fois en m'entendant râler un peu - beaucoup - contre mes équipiers, mes ennemis ou moi-même. C'était plutôt cool de l'avoir dans ma chambre, au moins je n'étais pas tombée sur une andouille de populaire ou une chiasse d'intellos ! Et encore mieux : je n'étais pas tombée sur Soraru. Les chambres mixtes ne me dérangeaient pas mais nous nous serions égorgés au bout de dix minutes à devoir partager notre espace de vie. Avec Jaïna, tout était très simplifié. Avec le même groupe et la même passion, c'était parfait, tout simplement. J'avoue que j'avais fais une demande pour changer de chambre en sachant qu'elle ne voulait qu'une colocataire et qu'elle était amoureuse de la technologie elle aussi. Pas que je ne m'entendais pas avec ma précédente comparse mais c'était un peu compliqué... Enfin bref.

Ce soir encore j'avais fait un bon stream. J'étais contente de moi et mon sourire le montrait clairement malgré ma voix enrouée. Je finis ma game et m'étirai longuement avant de regarder mon double écran : un pour le jeu et l'autre pour le chat commun où les viewers me posaient des questions et me faisaient des remarques. Après m'être éclairci la gorge, je pris la parole en regardant le chat, amusée :

    - Bon voilà, une victoire une défaite pour ce soir mes choux. Vous êtes tous fous sur le chat mon dieu ! Minuit l'heure du crime tu parles, l'heure de dire des conneries ouais ! Bon je vous laisse pour aujourd'hui, c'est Val qui reprend je crois... Ouais c'est ça. Donc du Val avec du LoL sans doute pendant deux heures et on se retrouve lundi soir vu que dimanche repos ! Ciao bonsoir !


Je coupais la webcam et le jeu avant d'être prise d'une violente quinte de toux. J'avais eu la paix pendant une semaine mais là mes crises semblaient me reprendre avec l'arrivée de l'hiver. Mais saison préférée mais pas celle de mes poumons. Je me levai pour fouiller dans mes affaires avant de me souvenir que je n'avais plus de mon médicament, ce qui me fit grogner légèrement. Et à minuit, l'infirmerie était sans doute fermée. Alexander avant l'habitude de me voir débarquer tard, en urgence et en manque de ventoline étant donné que je perdais régulièrement mon flacon, mais là il devait sans doute être parti. Boarf autant aller tenter ma chance. Je préviens Jaïna et je sortis une fois mes chaussons Ecaflip enfilés. Avec mon sarouel, mes grosses lunettes, mon chignon à moitié défait et mon sweet Mario trois fois trop grand, je n'étais pas au comble de la beauté mais tant pis. Pourquoi se maquiller dans un monde de geek ?

Je parcourus rapidement les couloirs sombres. Je n'avais normalement pas le droit être là si tard mais à cause de mon asthme, les surveillants qui me croisaient des fois ne me disaient rien. Il prenaient juste la peine de m'accompagner pour être certains de ma destination. Ce soir, je ne croisai personne. J'arrivai devant l'infirmerie et remis une mèche derrière mon oreille avant de frapper à la porte.

    - M. Costa ? Vous êtes là ? C'est Luxana.





Je vis pour et par mon ordinateur ♥.
Cadeau de Cam' ♣:
 


Mar 5 Nov - 13:16
Re: En manque de médoc ! À minuit en plus ! [ft. Alexander Costa]
avatar

Médecin scolaire ▽ qui veut la piqûre ?
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 30/08/2013




Des médocs demoiselle ?


With Luxana.


• Cela ne faisait pas longtemps que j’avais atterri au japon pour rejoindre mes 3 petites sœurs, celles-ci vivaient seules la plupart du temps, nos parents étaient alors souvent en déplacement pour leurs affaires. Cela n’empêche que me voici enfin arrivé au japon et plus précisément a rinku town, une ville près de la préfecture d’Osaka ! Bien sûr comme toutes riches personnes qui se respect nous optons pour une villa plutôt chic pour qu’on puisse vivre dans de très bonne conditions. Bien sur moi j’avais autre chose à faire, et ma chambre m’avait déjà été attribué ce qui n’est pas plus mal dans l’affaire, car si je dois me coltiner mes petites sœurs h24 ça ne va pas être possible, celle-ci ayant des caractères bien différents et qui provoque des guerres monstrueuses, des cris et des pleures a chaque recoins de la maison.

Mes études étaient à présents fini, j’allais enfin rentrer dans le domaine de la médecine un peu plus en profondeur, je ne savais pas vraiment qu’est ce qui va m’attendre dans se pensionnat, nous saurons tout ça au fil du temps et des mois à venir. J’avais dans le passé fait quelques stages pour un projet d’école mais rien de vraiment très précis et puis comme on sait, nous sommes tous différents surtout les japonais qui selon les rumeurs sont des gens très originaux. Nous allons pouvoir le vérifier, car je suis là pour un moment.
C’est alors que j’arrive au japon un matin, il était alors 6h30 du matin, j’avais encore du temps avant d’arriver au pensionnat et de prendre mes fonctions de médecin. Je profite alors pour rentrer chez mes parents afin de me prendre une douche. Je n’avais pas vraiment de difficulté à me faire comprendre en anglais pour demander ma direction, mais il est vrai que je ne connais pas vraiment le japonais, je me débrouille avec les bases, de toute façon il faudra que je m’améliore tout en espérant que cela ne sera pas vraiment un souci pour les élèves.

J’entrai donc chez moi, mes sœurs étaient déjà en train de se préparer et avaient accaparé les deux salles de bains, je fus donc dans l’obligation de m’occuper autrement en attendant de pouvoir me doucher et me diriger au pensionnat. J’optai donc pour un grand petit déjeuner, je n’avais pas vraiment prit le temps de le prendre dans l’avion, il fallait donc que je me rattrape, c’est donc comme ça que j’enfilai un grand café, un jus d’orange et quelques biscottes beurré et tartiné de confiture a la framboise.

C’est donc seulement après une bonne heure que je pouvais me diriger vers la salle de bain, j’avais alors prit le temps de me choisir des vêtements, une chemise bleuté avec un jean blanc, ainsi qu’un dessous noir sans motif apparent. Rien de mieux pour se sentir a l’aise ! On a beau dire se que l’on veut, mais les hommes aiment aussi se prélasser dans leurs baignoires… Cela n’est pas un droit réservé aux femmes ! C’est donc ainsi que je finis de me préparer pour pouvoir être dans de bonne conditions au boulot se soir … !

8h00, tout était prêt, autant mes petites sœurs que moi, je fus donc dans l’obligation de les amener toutes deux au pensionnat et c’est seulement après les avoir déposé que je me dirigeai dans le bureau administratif pour savoir où se trouve mon cabinet médical. Je n’avais donc pas faire le tour du pensionnat. Il m’était obligé de le connaitre par cœur si je devais faire des urgences durant la nuit auprès des élèves. Arrivé là-bas on m’attribua un surveillant pour me faire la visite, autant celle des chambres que celle de la cour ou bien le réfectoire ! Il faut l’avouer, c’était plutôt grand, et le climat était plutôt pur a ce que je pouvais sentir bien que le froid montré le bout de son nez, les élèves devraient commencer à se couvrir un peu s’ils ne veulent pas me donner du boulot en plus.

10h30, j’avais une réunion de deux heures, cela me permettait de connaitre l’ensemble de l’administration et de savoir certain détail que le règlement intérieur professoral et administration que j’ignorais encore.

12h30 c’était enfin fini je pouvais entendre mon ventre grogné a 10 kilomètres, je suis soulagé car je ne suis pas un adepte de tout ce qui est réunion bien qu’instructif et j’avais plutôt faim ! C’est donc pour ça que je me dirigeai en premier lieu dans mon lieu de travail afin d’y déposer mes affaires pour pouvoir manger en paix au réfectoire ! Arrivé sur les lieux je pu voir une de mes petites sœurs, elles avaient l’air de s’être déjà bien intégrer. Je me rappelle qu’elle n’avait aucun problème de se coté la, elle était plutôt sociable et ne demandé qu’a être populaire. J’espérais ainsi qu’elle sera un peu moins sulfureuse qu’a l’époque…. Sacré Aprile.
Je finis donc de manger en paix, bien sur certaines personnes étaient venue à ma table me demandant parfois « qui êtes-vous » et bien je leurs répondais tranquillement « je suis le nouveau médecin ». Cela me faisait d’ailleurs bien rire car je pouvais les entendre piailler sur mon apparence physique … Est-ce si dur à croire qu’un médecin peut être jeune beau charmant et intelligent ?

A l’époque je ne supportais pas ce genre de personnes mais maintenant ça me passe au-dessus de ma tête. Je leurs dis donc au revoir et me dirigea a l’infirmerie, l’endroit où je travaillerais. Il n’eut pratiquement aucune visite durant la journée sauf quelques visites pour me confier des médicaments étant donné qu’ils n’avaient pas le droit de les garder sur eux et cela me soulageais légèrement, Je pu comme ça me familiariser avec les outils et l’endroit pour pouvoir recevoir les élèves convenablement.

J’étais de garde ce soir j’avais un emploi du temps plutôt chargé, mais j’étais aussi payé en conséquence alors cela m’importé peu. Ce fut seulement un peu plus tard que je reçu une visite, C’était luxana d’après ce qu’elle me disait, je ne la connaissais pas vraiment, mais elle était une élève plutôt charmante, je lui ouvris donc la porte et lui permit de rentrer afin qu’elle s’assoie sur un des sièges disposer devant le bureau. C’est ainsi que je lui dis en japonais (seulement quelques bases… ) :

-Bonjour Luxana … Puis je avoir ton nom de famille s’il te plait, il faut que je vérifier ton dossier et voir si tu as des particularités

A vrai dire je ne savais pas vraiment comment me présenter a elle, je parlais parfaitement l’italien, l’anglais et le français… mais j’ai un peu plus de mal avec le japonais.








Mar 5 Nov - 17:40
Re: En manque de médoc ! À minuit en plus ! [ft. Alexander Costa]
avatar
geek ☠ dtc, j'regarde pas la manette


Bitch, i'm fabulous.
Orientation sexuelle: ♀♂
Particularités:
Relationships:
geek ☠ dtc, j'regarde pas la manette
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 24/10/2013


Je m'assis dès mon entrée dans l'infirmerie, sans dire le moindre mot. Sans faire le moindre geste supplémentaire. L'infirmier avait l'air un peu fatigué mais après tout il était tard, je pouvais le comprendre... J'avais l'habitude de me coucher à pas d'heures mais je devais avoir une tronche minable le lendemain. Cependant je ne fis pas le moindre commentaire, je répondis uniquement à sa question.

    - Luxana Golden-Maiden. Je suis asthmatique et j'ai plus de ventoline.


Ou comment ne pas clairement avouer que j'avais sans doute paumé une nouvelle fois mon flacon. Je devais en être au centième depuis le début de l'année, sans exagération, ce qui était un score ma fois assez honorable. Au lycée j'avais fait mieux et au collège j'avais explosé mon record. En même temps c'était l'époque où je passais pour une personne différente, donc une connasse, ou une bouc émissaire. Les deux allaient. C'était l'époque où je me faisais pousser dans les couloirs par ces ersatz de pouffiasses maquillées qui se prenaient pour des adolescentes alors qu'elles faisaient du A en bonnet. Et les racailles et les petites frappes s'en prenaient à moi avec un plaisir évident ! J'avais presque un grand sourire à partager ainsi leu bonheur de me voler mes affaires, m'insulter et se moquer de moi. Presque.. Enfin tout cela pour dire que je n'avais pas perdu la bonne habitude d'égarer mon précieux flacon de médicament en poudre, que cela soit inconsciemment ou avec l'aide d'une tiers personne.


    - Je suis désolée de venir vous déranger à cette heure mais je viens tout juste de terminer mon travail et comme vous pouvez l'entendre, mes poumons me démangent sévèrement.


Ma voix, d'ordinaire assez grave, l'était encore plus. Elle était également éraillée par mes quintes de toux. En parlant du monstre, il se réveilla et je fus secouer durant quelques secondes par ce foutu mal qui rongeait mon système respiratoire. Et moi qui voulais accéder au plus haut rang des joueurs de ce monde, je n'allais pas supporter la pression avec une santé pareille. Il me fallut un petit temps pour me remettre de mes émotions et également pour que je retrouve un minimum d'équilibre sur ma chaise. Durant ce temps, je pus regarder autour de moi. Je détestais les infirmeries. De base je détestais les hôpitaux, c'était blanc, ça puait, j'aimais pas. Et les infirmeries ressemblaient aux hôpitaux. Donc fatalement, j'aimais pas non plus.

Une fois calmée, je me redressai pour le regarder de mes yeux violets. J'avais même pas pris le temps de retirer mes lentilles de couleur et je m'en fichais pas mal. Je dormais avec des fois tellement elles ne me gênaient pas. Elles faisaient comme partie de moi après tout. Un petit sourire poli s'inscrivit sur mes lèvres légèrement sèches.

    - Normalement dans mon dossier, mon médecin a tout spécifié.





Je vis pour et par mon ordinateur ♥.
Cadeau de Cam' ♣:
 


Dim 17 Nov - 14:10
Re: En manque de médoc ! À minuit en plus ! [ft. Alexander Costa]
avatar

Médecin scolaire ▽ qui veut la piqûre ?
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 30/08/2013


Elle avait un problème ça se voyait, mais surtout ça s’entendait, de l’asthme, je pouvais le reconnaitre entre milles, des patients avec ce probleme j’en ai vue, et j’avais un cas a la maison. C’était mes plus jeunes sœurs, les jumelles, elles en avaient donc médicament qui s’appelait « Ventoline »

Je finis donc par regarder son dossier, il était complet et ne manquait rien. Après une lecture rapide et en diagonale. Après avoir préparer un autre tube de ventoline, je m'approche d'elle prenant alors mon stéthoscope.

Je dis juste :

- Je peux ?

C’était mon travail, et je ne pouvais pas la laisser partir alors qu’elle toussait autant. C’était une charmante jeune femme blonde et bien en chair, je me demandais d’ailleurs si elle fumait vu la manière dont elle crache ses poumons à chaque toussèrent. Ce serait bien dommage d’ailleurs, car ceci n’est qu’un ramassait de merde et ne fait qu’aggraver le trou de notre porte-monnaie.

- Vous fumez, non ? A moins que vous n’avez attrapé froid en travaillant trop tard

Je passa l’appareil au niveau e son dos pour entendre si elle n’y avait aucun problème. Je mis alors la cloche pour avoir des sons de basses fréquences. Je passai alors ma main sous haut pour avoir directement l’appareil collé a sa peau, c’était nécessaire pour pouvoir entendre quelques choses. Le bout de l’appareil était légèrement froid, mais pas non plus gênant, il fallait faire avec.

- Respirez assez fort jolie demoiselle.
Lun 18 Nov - 7:33
Re: En manque de médoc ! À minuit en plus ! [ft. Alexander Costa]
avatar
geek ☠ dtc, j'regarde pas la manette


Bitch, i'm fabulous.
Orientation sexuelle: ♀♂
Particularités:
Relationships:
geek ☠ dtc, j'regarde pas la manette
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 24/10/2013


Mes poumons étaient en feu alors que je m'asseyais et que le médecin lisait mon dossier. Complet, ouf. J'avais toujours eu un temps de retard pour rendre les papiers. Les trucs administratifs c'était pas vraiment mon truc et j'étais toujours à la bourre. Je rendais les formulaires le dernier jour, à le dernière heure, et lorsque cela ne m'était pas rappelé j'oubliais et je ne le faisais pas. Résultat : j'étais souvent "hors-la-loi" sur pas mal de trucs jusqu'à ce que l'on me dise clairement que je devais me bouger les fesses avant d'avoir des soucis avec la loi (genre les remboursements pour mes médicaments). Pour mon dossier médical cependant, j'essayais de le garder à jour. Sinon, les ennuis ne viendraient pas de l'État mais de mes parents et je craignais mille fois plus leur colère.

Je laissais faire le médecin qui commençait à m'ausculter. Il me posa la question fatidique : est-ce que je fumais. Je ne pouvais pas lui mentir, c'était inscrit dans mes poumons, même si je savais que c'était très mauvais pour la santé et d'autant plus pour la mienne. Mais c'était comme ça, je ne pouvais pas m'en empêcher. Le stress, la tristesse par rapport à mon connard d'ex que j'aurais dû détester. Tout ce qui faisait que ma vie n'était pas un long fleuve tranquille, comme celles de tous les êtres humains. J'aurais dû trouver un exutoire dans le jeu, dans mes streams, mais ce n'était pas suffisant pour moi. La délicieuse sensation de flottement que me procurait un bon joint était tout ce qu'il me fallait quand, en pleine nuit, j'étais la seule éveillée dans la chambre entre une Jaïna rêvant de son jeu et une Rin épuisée par son entraînement. Je répondis au médecin de ma voix rauque en levant les yeux au ciel :

    - Ça m'arrive de fumer ouais, et je sais que c'est mal. Pas la peine de me faire la moral...


Je détestais qu'on me fasse la moral. Je savais ce que je faisais de mal dans ma vie et je n'aimais pas qu'on me le foute sous le nez. J'achetais régulièrement de quoi me défoncer l'esprit pendant quelques heures. Je ne faisais du mal à personne si ce n'était à moi. Donc bon inutile qu'il use de la salive pour rien. Si Valentin arrivait pas à me faire lâcher cette foutue habitude, c'était pas un médecin, même mignon, qui allait y arriver. Je lui obéis en respirant fortement. Mon souffle était rauque, comme ma voix. Il était clair que j'avais besoin de cette petite poudre blanche qui pouvait s'apparenter à une drogue. C'était un peu le cas pour une asthmatique d'ailleurs. Enfin bref. Je me pliais à la demande de l'homme avant de me tourner vers lui. Mon visage était cerné de fatigue.

    - Alors, je suis assez malade pour en avoir ?


Un peu de provocation ne pouvait pas faire de mal. Et puis c'était dans mon caractère, il allait devoir s'y habituer s'il était le nouveau médecin des lieux.





Je vis pour et par mon ordinateur ♥.
Cadeau de Cam' ♣:
 


Lun 25 Nov - 18:27
Re: En manque de médoc ! À minuit en plus ! [ft. Alexander Costa]
avatar

Médecin scolaire ▽ qui veut la piqûre ?
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 30/08/2013


Je haussai un sourcil, je ne lui faisais pas la morale, en tout cas ce n’était pas voulu, mais soit elle l’a pris comme ça, chacun a le droit de voir comme bon lui semble. Mais pour ma part elle est une jeune adulte bien en cher, responsable de ses faits et ses actes. Je ne me serais permis en aucun cas de lui faire la morale.
J’optai pour lui dire

- Je ne te faisais pas la morale, tu es bien assez grande pour faire tes propres choix.

Je ne suis pas du genre à dire ce qu’il faut faire ou pas. De mon point de vue plutôt objectif, j’opte plutôt pour une opinion neutre et sans conséquence, cela évite de nombreux problèmes, et ceci peu importe le domaine dans lequel on le trouve, que ce soit l’amour, l’amitié la famille, et les embrouilles d’autrui. Bien sur certains diront que je fuis ou que je suis un lâche. Mais dites-moi a quoi sert de répondre a quelqu’un qui est ou serait persuadé qu’elle a raison. Chacun sa vie comme dirait ma petite sœur. Par contre, je suis médecin, alors il était dans mon devoir de la prévenir, je ne faisais rien de mal, et vu à l’état de ses poumons en feu, il était nécessaire de me renseigner du pourquoi du comment.

Je posai alors mon appareil, et partie en directement vers l’armoire à pharmacie qui était d’ailleurs plutôt grande, je cherchai alors de la ventoline et prit un flacon de médicament pour soigner la gorge et déposa sur le bureau.

- Bon, voilà ta ventoline, et un autre médicament.

Posant alors la main sur le flacon je dis :

- Tu as deux choix, soit je te revois tous les jours pour venir le prendre pendant une semaine a l’heure que tu le souhaites, soit je devrais venir a ta rencontre pour te le donner peu importe l’heure et le moment.

Je rajouta alors doucement,

- Bien que cela ne me déplaise pas du tout d’être en votre compagnie …

Je finis par tousser légèrement a la connerie que je venais de sortir. Mais je ne pouvais pas laisser ma patiente partir comme ça. Il fallait qu’elle se soigne. Car s’il arrivait quelque chose, j’en serais le premier responsable. Et ce n’était surement pas ce que je voulais à ma première année de taff en tant que médecin.


Dim 19 Jan - 23:14
Re: En manque de médoc ! À minuit en plus ! [ft. Alexander Costa]
avatar
geek ☠ dtc, j'regarde pas la manette


Bitch, i'm fabulous.
Orientation sexuelle: ♀♂
Particularités:
Relationships:
geek ☠ dtc, j'regarde pas la manette
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 24/10/2013


Je souris légèrement en entendant l'infirmier prendre la parole. Dans mon état, difficile de lui sauter au cou, et pourtant il semblait en avoir drôlement envie... Il n'était pas moche, je devais bien l'avouer. Il était même plutôt très très mignon. Mais bon je n'allais pas commencer à draguer tous les hommes que je trouvais à mon goût, sinon d'un je n'avais pas fini et de deux j'allais me faire remonter les bretelles par Val' (qui soit dit en passant n'avait rien à me dire que ce sujet mais enfin, passons...). Je me contentais donc de prendre le médicament que l'infirmier me donnait en secouant doucement la tête. Je savais que j'avais fais une erreur de fumer par un temps pareil, avec des poumons comme les miens, mais je n'avais pas pu résister. La tentation avait été trop forte, et les emmerdes aussi. Chacun gère sa merde comme il peut comme on dit hein, ben moi c'est bédot et manzana. Et encore ce soir, la manzana était restée dans mon placard. J'avais pas voulu réveiller mes deux consoeurs juste pour me bourrer la tronche, j'avais suffisament de soucis comme ça. Parce que si l'une était assez lâche me concernant, Jaïna, elle, pouvait être comme la pire des sangsues tant que je n'avais pas avoué ce qui me tracassait. Enfin bon, c'était ça les amis aussi !

Je me relevai doucement et pris le temps de m'étirer avant de répondre à l'homme d'une voix un peu amusée, malgré son timbre rauque et cassé :

    - Je doute fortement que les profs apprécient que vous arriviez comme une bombe en plein milieu de leur cours juste pour me faire avaler un médicament vous savez. Et je suis une grande fille, enfin on ne dirait pas mais c'est le cas, donc je vais essayer de me souvenir de prendre cette satanée cochonnerie toute seule. De toute manière je vous rassure, j'ai deux chiens de garde pour me rappeler ce genre de truc en cas d'oubli, volontaire ou non.


Je soupirai doucement et je baissai la tête. J'avais pas réellement envie de partir d'ici. J'étais mal, fatiguée, mais je ne voulais pas être seule. Et réveillée mes amies n'étaient pas une très bonne idée. Kagura avait un devoir de japonais et Jaïna devait tout simplement arriver à se lever. Toutes les deux, les nuits blanches on les connaissait bien. Un peu trop même. Et donc fatalement les journées à pioncer au lieu d'aller en cours aussi. Je m'assis sur le rebord de la fenêtre et le fixai l'homme face à moi. J'hésitai mais bon, autant oublier un peu ma prudence et y aller franc-jeu. De toute manière, c'était ce qui fonctionnait le mieux avec tout le monde.

    - Dites, je peux rester un petit peu ici ? Je sais que vous devez sans doute dormir, mais j'ai pas envie de retourner dans ma chambre. Et puis vous pouvez me faire un mot pour demain ? Enfin je compte pas aller en cours, donc bon soit je sèche soit j'ai une excuse. Et avant de proposer, je fonctionne pas à la coucherie pour ce genre de truc !


Un petit sourire amusé s'inscrivit sur mes lèvres. Il n'allait pas m'avoir si facilement s'il me voulait, non mais. J'avais un peu de fierté, assez du moins pour pas baiser le premier venu, qu'il soit à me goût ou non ! Je toussai légèrement après ma phrase cependant. Mes bronches étaient encore assez prisent et je n'allais pas m'en remettre complètement avant quelques heures. Je fixais l'infirmier en souriant doucement, les bras croisés, secouant mes jambes.

Spoiler:
 





Je vis pour et par mon ordinateur ♥.
Cadeau de Cam' ♣:
 


Mar 25 Mar - 23:03
Re: En manque de médoc ! À minuit en plus ! [ft. Alexander Costa]
avatar

Médecin scolaire ▽ qui veut la piqûre ?
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 30/08/2013



- Il vaut mieux une excuse que de rater des cours alors je te ferais une excuse… mais qu’as-tu prévue en restant à l’infirmerie avec moi ? N’as-tu pas peur que je te saute dessus ?

Il était tard et il n’y avait pas grand-chose à faire a part quelques paperasses, des classes de fichier et de mettre à jour les dossiers informatiques avec toutes les personnes qui était venu le voir aujourd’hui. Cependant avant de commencé tout ça je rangea un peu puis- proposa alors un siège a la jeune femme.

- Tu préfères peut être t’allongé a moins que ce fauteuil te convient ?

Je me mis alors à la regarder et on pouvait moi un mince sourire s’afficher sur mon visage

- J’avoue, qu’en te voyant on dirait bien une grande fille c’est dommage qu’il manque un peu de poitrine !

Je l’avais dit pour taquiner, je ne le pensais pas du tout, mais c’était surtout pour la faire gentiment réagir et ainsi donc engagé un sujet de conversation … Je ne voulais pas lui demandé de me parler de sa vie car cela entrerai dans la vie intime et privé d’un élève et d’une patiente. Je finis alors par regagner son siège ouvrant alors un tiroir pour en sortir une tablette de chocolat. En règle général je gardais ça pour les élèves ou personne en manque de sucre, voir en hypoglycémie, mais je préféra pour se soir faire une entorse aux règles, et puis au pire j'irais en chercher demain, il y avait une boutique non loin de chez moi !

En parlant de ça, j’avais encore pour une petite heure à bosser, ce que d’ailleurs je lui dis :

- J’en ai encore pour une heure environ par ici, mais si tu veux on peut aller faire un petit tour après, tu pourras prendre l’air si tu veux … et je te ramènerais au dortoir. Enfin tu n’es pas obligé.

Lui souriant alors je rajoute alors :

- A moins que tu préfères peut être te reposer ici et jouer a action ou vérité !
je finis par rigoler, mais ça serait peut-être drôle de jouer à ça au final, même si … c’est un jeu de gosse il reste intemporelle !


oops :x:
 
Mar 13 Mai - 17:16
Re: En manque de médoc ! À minuit en plus ! [ft. Alexander Costa]
avatar
geek ☠ dtc, j'regarde pas la manette


Bitch, i'm fabulous.
Orientation sexuelle: ♀♂
Particularités:
Relationships:
geek ☠ dtc, j'regarde pas la manette
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 129
Date d'inscription : 24/10/2013


Un infirmier qui n'avait pas froid aux yeux, voilà ce qu'il semblait être. Mais c'était amusant de le voir, de l'entendre. Je savais que je donnais envie aux hommes, comme la plupart des filles normalement constituées d'ailleurs, et je jouais un peu de cela, je devais bien l'avouer. Bon dans un sens je ne faisais rien de mal ! Je n'avais jamais promis au moindre mec qu'il pourrait me baiser pour ensuite me désister, tout simplement parce que je n'avais jamais promis au moindre mec qu'il pourrait me baiser. Au moins, c'était dis, c'était clair. Mon regard se releva vers l'homme face à moi et je le jaugeai pendant qu'il me parlait. Je me remis confortablement dans le fauteuil en sentant encore ma poitrine me brûler à cause de ma crise et du manque de médicament. Je secouai la tête et passai même une main sur ma poitrine à son évocation sans m'en offusquer. En effet je n'était pas très volumineuse de ce côté mais cela ne manquait pas à ma vie, donc bon pas la peine de m'énerver pour une petite pique dans ce genre. Un léger sourire montrant mon amusement se dessina sur mes lèvres.

    - Vous êtes quand même vachement engageant comme membre du personnel dans un pensionnat. Vous en faites pas, le fauteuil est parfait, j'ai l'habitude. Et j'ai pas peur d'un homme, sinon je resterais cloîtrer dans ma chambre !


Enfin plus que d'habitude quoi. Je me redressai légèrement pour prendre une bouteille d'eau à ma porter et en boire une longue rasade. C'est que ça donnait soif de tousser aussi violemment, en plus d'abîmer les poumons. Je bus presque la moitié de la petite bouteille avant de la reposer une fois refermée. Je pus ensuite reprendre la parole d'une voix moins hachée et enrouée une fois que ma gorge fut de nouveau bien hydratée.

    - Comme vous voulez, mais vous allez vous ennuyer avec moi. La geek qui fait que jouer, qui n'a pas de vie sociale, ça vus dit rien ? Peut-être que vous êtes pas très au fait des ragots de l'établissement sur ma personne.


Mon sourire ne s'était pas éteint pour autant malgré ce que je venais de dire. J'étais loin de ces petites insultes sans importance, même si certaines me touchaient clairement. Enfin je ne disais pas non plus non à un peu de compagnie pour discuter un poil. Je me remis donc de nouveau confortablement dans mon fauteuil en regardant le plafond éclairé par la lumière blafarde de l'infirmerie. Ça devait pas être top de travailler ici toute la journée quand même... Enfin moi je ne pourrais pas. Mon regard violet dévia sur la pièce pour se stopper en dernier sur l'infirmier alors que mes lèvres s'entrouvraient sur une question qui me taraudait :

    - Pourquoi vous êtes venu travailler ici ?


Spoiler:
 





Je vis pour et par mon ordinateur ♥.
Cadeau de Cam' ♣:
 


Re: En manque de médoc ! À minuit en plus ! [ft. Alexander Costa]

Contenu sponsorisé


En manque de médoc ! À minuit en plus ! [ft. Alexander Costa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La Diaspora pèche par son manque d'organisation vrai ou faux
» Quand on manque d'argent .. [PV Yozora]
» Premier entrainement [Nuage de Minuit]
» Discution avec une Menthe (PV. Nuage de Minuit et Petite Menthe)
» Un lieu vous manque ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R I N K U Pensionnat :: La pension : bâtiment 1B :: Le rez-de-chaussée :: Infirmerie-